Prier avec Jésus immolé

Notre-Pere-cours-messe-Paris-Corinne-Simon-Ciric_0_445_334

Notre prière n’est pas toujours à la hauteur de nos désirs, malheureusement. Nous nous laissons si facilement distraire par les mille et une choses qui nous entourent. Dom Augustin Guillerand nous en averti dans son commentaire sur le Notre Père, sublime prière récitée par l’assemblée au cours de la messe. Écoutons-le:

« Seigneur, la vraie vie, c’est cette connaissance. C’est votre vie éternelle. Une âme entre dans cette vie quand elle vous voit, quand elle voit et aime Celui qui est en elle et qui la fait vivre, quand elle reconnaît en lui la source première vivante et aimante de son être et quand elle lui dit: « Notre Père ». Alors elle voit que sa propre vie est la vie de Dieu en elle; en voyant cela elle le glorifie, elle chante sa grandeur d’où toute grandeur dérive.

Et pour ne pas perdre une goutte de cette vie qui s’écoule en elle, elle se tient étroitement unie à sa Source; elle accepte et elle accomplit toutes les volontés de ce Père; elle en fait son Maître et son Roi: Que votre règne arrive, que votre volonté soit faite … Elle attend de lui seul cette vie sous toutes ses formes; elle lui demande de l’entretenir en la nourrissant, de la défendre en écartant les dangers dont elle peut être menacée: Donnez-nous aujourd’hui notre pain de chaque jour, pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés; ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal.

Jésus, je veux dire cela désormais avec vous, avec votre âme de Fils immolé à la gloire de ce Père. Apprenez-moi de plus en plus à le faire. Apprenez-moi à descendre bien souvent dans ces secrètes profondeurs où il réside, à lui tenir compagnie, à en faire ma société incessante et si inexprimablement douce, à nouer avec lui et avec vous en lui et avec votre Esprit d’amour (qui vous lie en lui et qui me liera moi-même à vous en lui) des rapports bien vivants.

Jusque-là j’ai vécu au-dehors; j’ai regardé par les fenêtres; je me suis laissé distraire et prendre par les mille choses passagères qui m’entouraient. Je leur demandais ce qu’elles n’avaient pas. Ce ne sont que des apparences vaines. Comme vous, je veux les quitter; je veux les dépasser, je veux aller jusqu’à l’Être vrai qu’elles recouvrent, qui est en elles et qui les fait être, qui est la grande et unique Réalité. En tout et en tous je veux ne voir et n’aimer que lui.

Alors je pourrai dire Notre Père, car tous les hommes m’apparaîtront comme ses enfants et mes frères. Alors je pourrai dire Que votre volonté soit faite, car tout ce qu’il veut m’apparaîtra comme un témoignage de son amour paternel. Alors je pourrai dire et répéter sans fin Amen! Qu’il en soit ainsi. J’accepte, j’adore, j’aime et je bénis le Père infiniment sage et bon et tout ce qu’il fait! »

(Écrits spirituels, tome 2, page 127 s)

A propos moinillon

jacques172.com
Cet article, publié dans Adoration, Amour, Amour fraternel, Carthusian, Cartuja, Certosa, Certosini, Charterhouse, Chartreuse, Désir de Dieu, Dieu, Dieu Père, Esprit Saint, Eucharistie, Foi, Islam, Jésus, Kartusija, Kloster, Liturgie, Prière, Recueillement, Trinité, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.