Le Seigneur Dieu les illuminera …

Nouvelle_Jerusalem

Chrétiens et chrétiennes, nous constituons un peuple, un peuple en marche vers le Ciel … ce pays de lumière qu’on pourrait définir comme l’état d’union totale à Dieu. Déjà par le baptême,  unis au Christ  et plongés dans l’Esprit Saint, nous avons rencontré dans la foi cet Être mystérieux et unique qu’on appelle Père (le Dieu Très-Haut). Tels des enfants bien nés, mus par l’espérance chrétienne, nous avons alors débuté notre marche vers ces hauteurs appelées « montagne de Sion, cité du Dieu vivant, Jérusalem céleste » et vers ceux et celles qui nous y ont précédés, à savoir, les « myriades d’anges » et les « esprits des justes rendus parfaits », foule céleste  jouissant déjà de la vision de Jésus « médiateur d’une alliance nouvelle » et  de  Dieu « Juge universel » (Hébreux 12, 22-24). 

L’Évangile est rempli d’images qui nous parlent de ce bonheur  promis, mais à travers cette imagerie c’est toute la vie spirituelle commencée sur terre qui se continue et s’épanouit de façon exponentielle. Est-il possible d’en avoir un avant-goût ? Très certainement, nous dit Jésus: « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, mon Père l’aimera, nous viendrons à lui et nous ferons chez lui notre demeure » (Jean 14, 23). Depuis 2000 ans, des milliers de chrétiens fervents, d’innombrables moines et moniales se sont consacrés à l’ascèse et à la prière contemplative et en ont retiré d’immenses profits.

La vie après la mort n’est donc pas un voyage astral ou une excitante rencontre d’amis ou de proches (projections humaines très compréhensibles  mais trop souvent sans aucune référence à Dieu). Non, la vie céleste et bienheureuse n’est pas un dû à l’être humain mais un privilège tout à fait gratuit, accordé généreusement par Dieu à ceux et celles qui auront été fidèles au Christ jusqu’au bout. « Les serviteurs de Dieu verront sa face et son nom sera écrit sur leur front. La nuit n’existera plus, ils n’auront plus besoin de la lumière d’une lampe ni de la lumière du soleil, parce que le Seigneur Dieu les illuminera, et ils régneront pour les siècles des siècles » (Apocalypse 22, 4-5). 

Publié dans Adoration, Amour, Baptême, Bonheur, Contemplation, Désir de Dieu, Dieu, Espérance, Foi, Moine, Moniales, Montagne du Seigneur, Prière, Révélation, Spiritualité, Vie éternelle | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Une femme revêtue du soleil

marie-revetu-de-soleil

De toute éternité, ce Mystère d’amour qu’est Dieu a décrété le partage de son existence avec d’autres êtres, soit de purs esprits (les anges) soit des esprits unis à la matière (les humains). Et, pour ces deux catégories, il a prévu une acquisition possible de perfection ultime (la vision béatifique) moyennant une mise à l’épreuve. De toute évidence, cette mise à l’épreuve pour le monde angélique a eu lieu avant la création du monde terrestre puisque nous voyons déjà  un ange déchu (le démon)  à l’oeuvre dans le récit de la faute de nos premiers parents. Quelle fut cette épreuve des anges, nul ne le sait vraiment;  mais, étant donné la perfection de leur nature, le sort encouru (victoire ou déchéance) a été définitif et sans appel. Pour nous les humains, le résultat fut tout autre car la faiblesse de notre nature mixte  nous a ouvert à la possibilité d’un regret, d’une conversion. C’est donc dans cette deuxième catégorie de créatures que va se révéler l’étendue de la Miséricorde divine … par le truchement de l’Incarnation rédemptrice du Verbe de Dieu.

En ce 8 septembre, fête de la naissance de la Vierge Marie, nous sommes invités à réfléchir sur le rôle unique de cette femme qui a servi de trait d’union entre la divinité et l’humanité. Le décret éternel du Dieu d’amour, n’agissant que pour manifester sa Grandeur, a donc abouti à cette petite juive, aube précédant la levée du soleil de justice. Et soit dit en passant, cette fête de la nativité de Marie est devenue dans l’Église orientale le commencement de la nouvelle année liturgique (à l’encontre de l’Église occidentale où cette nouvelle année débute  avec le temps de l’Avent).

Par son acquiescement au plan de Dieu sur elle, tel que signifié par l’ange Gabriel lors de l’Annonciation, la Vierge est entrée encore plus avant dans ce décret salvifique; et par sa collaboration subséquente, lors de la naissance, adolescence, vie publique et passion de son Fils,  elle a magnifiquement témoigné de toutes les vertus chrétiennes qui ont fait d’elle  le disciple par excellence du Christ et le modèle de l’Église en marche. Sa pieuse mort, sa miraculeuse assomption  et son couronnement au ciel annoncent déjà notre avenir céleste.

Élevée au dessus des anges et des hommes, Marie, femme revêtue du soleil, nous invite donc à collaborer avec confiance au dessein bienveillant du Père: « ce dessein qu’Il avait formé en Lui par avance … ramener toutes choses sous un seul Chef, le Christ, les êtres célestes comme les terrestres » (Éphésiens 1, 9 s). À ce Dieu qui seul est sage, gloire et action de grâce pour les siècles des siècles. Amen!

Publié dans Adoration, Annonciation, Église, Conversion, Création, Dieu, Incarnation, Mystère, Pédagogie divine, Vie éternelle, Vierge Marie | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Narcisse et la tendance homosexuelle

cDn9NyiMs9GX1jFALQ6xeAN3sIk

Pour nous qui vivons en 2019, il nous est difficile d’ignorer l’ampleur du mouvement gay qui ne cesse de faire les manchettes … et la question se pose: d’où vient cet engouement chez certains de nos contemporains pour un style de vie autrefois jugé  bizarre, pour ne pas dire anormal? Tous ces adeptes sont-ils « nés comme ça » ou ne seraient-ils pas en partie victimes d’une société hédoniste à outrance?

Dans son article « Sommes-nous les enfants du narcissisme? », Renaud Beauchard note que la notion de narcissisme peut s’appliquer à l’observation des tendances actuelles des sociétés modernes occidentales. Mais, au préalable, notons  pour les non-initiés  que ce terme «narcissisme» provient du mythe grec de Narcisse, beau jeune homme qui, venant un jour à une source d’eau pour apaiser sa soif, vit son reflet dans l’eau et s’extasia devant lui-même: sans s’en douter, il se désira lui-même … il devint ainsi l’amant et l’objet aimé. Déjà en 1887, le psychologue français Alfred Binet avait utilisé ce terme pour décrire une forme de fétichisme consistant à prendre sa personne comme objet sexuel. En 1909, Isidore Sadger parle de narcissisme à propos de l’amour de soi comme modalité de choix d’objet chez les homosexuels, et, à sa suite, Sigmund Freud  définit le narcissisme comme « un stade de développement nécessaire dans le passage de l’auto-érotisme à l’amour d’objet ». 

Quoiqu’il en soit de toutes ces études savantes, je remarque personnellement que, depuis 50 ans, la société nord-américaine a subi une énorme poussée vers le culte du corps avec les conséquences que l’on sait. Après la deuxième guerre mondiale, une entreprise montréalaise fondée par les frères Weider s’est développée avec succès dans le domaine du culturisme (bodybuilding), domaine dont Arnold Schwarzenegger deviendra vite la star incontestée. Se maintenir en forme est devenu depuis un  incontournable (et c’est très bien ainsi) mais que de dérapages non prévus comme l’addiction exagérée chez certains à la musculature pour elle-même. Le miroir a pris pour eux le relais qu’était la source d’eau pour Narcisse.  De nombreux magazines propagèrent cet engouement et on assista alors (et aujourd’hui encore ) à un étonnant exhibitionnisme public qui persiste toujours dans les milieux gay.  Force est de constater , comme disait plus haut Renaud Beauchard, que le narcissisme est bien une tendance actuelle de nos sociétés modernes. Malheureusement, l’explosion simultanée de la pornographie sous toutes ses formes en fut également la triste conséquence.

Se pose alors la question: Dans quelle mesure la société actuelle est-elle, elle-même, responsable de cette recrudescence du style de vie homosexuel? Plutôt que de parler de transmission de «gènes familiaux» (toujours possible, évidemment), ne devrions-nous pas surtout parler de transmission de «gènes sociaux» ?

Publié dans Amour, Contemplation, Dieu, Fatalité, Mariage, Nature, Opinion publique, Perplexité, Psychologie, Société, Souffrance, Temps présent, Tradition, vie moderne | Tagué , , , , , , , , | 1 commentaire

Le vrai visage du Christ

maxresdefault (2)

La vie éternelle, selon l’apôtre Jean, c’est de connaître Dieu et celui qu’il a envoyé, Jésus Christ. La révélation de Dieu n’est donc plus réservée à la seule Loi de Moïse mais elle se manifeste étonnamment et parfaitement en Jésus, son Fils. Depuis 2000 ans, les chrétiens s’efforcent de suivre le Christ, l’unique chemin qui mène vers le Père. Or aujourd’hui, nombreux sont ceux qui se réclament de lui tout en vivant dans une certaine ignorance de ce qu’il a dit ou fait: on se plaît ainsi à retenir ses paroles sur la miséricorde tout en remisant dans l’ombre ses affirmations sur les exigences du Royaume. On vénère un Jésus qui mange avec les pécheurs mais on oublie qu’il le faisait pour se réjouir avec eux de leur conversion ; on se réfère facilement à son accueil de la femme adultère tout en passant sous silence sa directive « Va, et désormais ne pèche plus ». Et que dire de sa réponse à celui qui lui demandait si un petit nombre serait sauvé :« Efforcez-vous, dit-il, d’entrer par la porte étroite, car beaucoup chercheront à entrer et n’y parviendront pas » (Luc 13, 24). Combien de prédicateurs , de nos jours, s’efforcent de lui faire dire le contraire!

Et on en est venu ainsi  à ne plus parler du péché (du péché originel, surtout ) ou même des fins dernières (sinon pour mettre en doute l’existence de l’Enfer). C’est que l’homme d’aujourd’hui ne veut plus avoir peur ou se sentir obligé … il ne veut plus de règle morale ou de loi naturelle … il ne veut plus se sentir coupable … il ne veut plus de correction fraternelle ou d’Église enseignante … mais, remarquons-le, il veut quand même aller au Ciel!!

Avons-nous encore la Foi? Saint Augustin aimait dire à ses interlocuteurs: « Si tu crois uniquement dans l’Évangile ce que tu aimes entendre,  et que tu rejettes ce que tu n’aimes pas, ce n’est plus en l’Évangile que tu crois mais en toi-même ». Avons-nous du Maître un portrait objectif, fondé sur ses faits et gestes, ou une projection personnelle de ce que l’on aimerait voir en lui? Jésus est-il celui qui nous endort dans un certain laisser-faire ou celui qui nous éveille à un devoir bien réel? Relisons l’Évangile, méditons surtout ces paroles fondamentales: « Si quelqu’un  veut venir à ma suite, qu’il se renie lui-même,  se charge de sa croix  chaque jour et  qu’il me suive » (Luc 9, 23).

Ce faisant, nous pourrons dès lors nous diriger allègrement vers la fin de notre vie terrestre tout en sachant que le Christ sera assez fidèle pour nous juger selon nos choix et nos œuvres (si pauvres soient-elles) et non selon nos illusions d’un salut global pour tous et pour toutes (en pure contradiction d’ailleurs avec le jugement général tel que décrit en Matthieu 25, 31). Jésus est donc l’unique chemin qui mène vers le Père et … ça ne changera pas!

«Jésus Christ est le même hier et aujourd’hui, il le sera à jamais»             (Hébreux 13,8)

Publié dans Église, Évangile, Désir de Dieu, Dieu, Incarnation, Jésus, Miséricorde, Révélation, Temps présent, Visage | Tagué , , , , , , , , | 1 commentaire

Le murmure d’une brise légère …

desert-monk-in-prayer_thumb

Au mont Horeb, Dieu s’est révélé au prophète Élie non dans le déchaînement d’une tempête mais dans le murmure d’une brise légère ( 1 Rois 19, 12). Il ne faut, en effet, que peu de choses pour éveiller notre attention à Dieu: silence, paix intérieure et humble disposition. Le silence résulte de l’absence  du tintamarre  quotidien, la paix de la conformité de notre conscience aux diverses normes, et l’humilité du sentiment de notre petitesse face au Très-Haut.

Si toutes les religions (et même un certain athéisme) prédisposent à des moments de contemplation naturelle, il faut bien avouer que notre religion judéo-chrétienne a ceci de particulier qu’elle y ajoute le contact avec un Être supérieur bien réel qui se distingue de toutes projections humaines: « Oui, je suis Dieu; il n’en est pas d’autre! » (Isaïe 45, 22).  Ces moments de recueillement peuvent laisser en paix ceux qui s’y adonnent, mais, pour un chrétien, le profit est d’autant supérieur que cette paix devient une ouverture à l’action de l’Esprit Saint; la rencontre authentique du Dieu vivant, loin de nous séparer des autres,  nous habilite au contraire à prendre notre place dans la société et dans le Corps mystique du Christ. La rencontre de Dieu avec le prophète Élie ne s’est pas soldée uniquement par l’accalmie du prophète déprimé mais l’a incité, en plus, à prendre des initiatives très concrètes: onction de son successeur (Élisée) et celles de généraux militaires destinés à supplanter divers rois de la région (1 Rois 19, 15s). L’histoire de la spiritualité chrétienne nous offre de nombreux exemples de contemplatifs devenus, par la force des choses, des hommes et des femmes d’action: saint Bernard de Clairvaux lors des problèmes de l’Église au 12e siècle, sainte Thérèse d’Avila et la réforme du Carmel en Espagne, sainte Catherine de Sienne et son influence bénéfique sur les Papes de son époque, etc.

Serions-nous réticents à cette forme de prière silencieuse qu’est la contemplation? N’ayons pas peur! Ces moments, jugés inutiles par plusieurs,  peuvent devenir (par la grâce à Dieu) non seulement l’occasion de ressourcement spirituel mais également le point de départ d’une action humanitaire bénéfique.

Publié dans Adoration, calme, Contemplation, Désir de Dieu, Dieu, Montagne du Seigneur, Recueillement, Solitude | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Assumée dans la Gloire

asmp4-gf

L’Assomption de la Vierge (par Murillo)

« Au terme de sa vie terrestre, l’Immaculée Mère de Dieu a été élevée en son corps et en son âme à la gloire du ciel ». C’est en ces termes que le Pape Pie XII a défini la foi catholique relative à l’assomption de Marie (1950). Découlant de sa maternité divine, l’assomption de Marie est pour toute l’humanité un gage d’espérance, une promesse de résurrection.

Publié dans Ascension, Église, Dévotion mariale, Dieu, Jésus, Marie, Rédemption, Vie éternelle, Vierge Marie | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Lève-toi et mange!

sommeil-dElie-Philippe-Champaigne-1650_0_729_637

Menacé de mort par la reine Jézabel, Élie, prophète d’Israël, se retrouve au désert, assoiffé, affamé et  en proie à une forte déprime. Réveillé de son sommeil par l’Ange du Seigneur qui lui offre de prendre de la nourriture, il se rendort peu après pour être de nouveau réveillé: « Lève-toi et mange, autrement le chemin sera trop long pour toi » (1 Rois 19, 7). Fortifié par cette nourriture, Élie se met alors en route vers la montagne de l’Horeb où il sera favorisé de la rencontre avec Dieu.

Nous sommes tous en marche vers la montagne de Dieu et notre route, tout comme celle d’Élie, est semée d’embûches: faiblesse, échec, angoisse, lassitude, rien ne nous semble  être épargné pour nous décourager! Néanmoins, dans son immense pitié, Jésus (tout comme l’ange d’Élie) nous offre une nourriture céleste, son eucharistie, appelée adéquatement «panis viatorum» (pain des voyageurs).

Malheureusement, au cours des siècles, l’eucharistie n’a pas toujours été bien comprise: de sacrement offert à tous les disciples, le soir du Jeudi Saint, il est devenu peu à peu (dans l’Église occidentale) le pain offert aux justes … et, au temps du Jansénisme, un pain que les justes n’osaient recevoir que très rarement. Un pain qui deviendra peu à peu objet d’adoration plutôt que de manducation; un pain que l’on se plaira à désigner comme pain des anges (« panis angelorum »).  « Que chacun donc s’éprouve soi-même, écrit saint Paul aux Corinthiens en parlant de l’eucharistie, car celui qui mange et boit, mange et boit sa propre condamnation s’il n’y discerne le Corps » (1 Corinthiens 11, 29). La faute des Corinthiens était de traiter l’eucharistie comme un pain ordinaire, sans y discerner le Corps du Christ. Que de fausses interprétations de ce texte se sont ajoutées au cours des siècles pour en arriver à faire naître dans le peuple chrétien une crainte plus que révérencielle envers ce sacrement et en à restreindre l’accès à une certaine élite!

Confrontés à une baisse sans équivoque de l’assistance à la sainte messe, les derniers papes invitent les curés à devenir missionnaires en « ouvrant les portes de la sacristie pour sortir  à la recherche des brebis perdues ». Bien! Excellent! mais n’y aurait-il pas lieu de faciliter également l’accès à l’Eucharistie en en favorisant l’accessibilité pour tous, quelque soit le degré de ferveur? « Lève-toi, et mange » … et si on laissait à la grâce de l’Esprit Saint la tâche de fortifier intérieurement ces « voyageurs » qui peinent à reprendre leur souffle?

Publié dans Adoration, Amour, Compassion, Désir de Dieu, Dieu, Eucharistie, Liturgie, Miséricorde, Spiritualité, Temps présent | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

À vous qui cherchez Dieu … vie et bonheur!

37944-church-family.1200w.tn

La recherche de Dieu, loin d’être l’apanage des religieux et religieuses, est le propre de tous les baptisés … car tous, ayant déjà goûté, d’une certaine façon, à cette présence divine par la foi et les sacrements, ne peuvent qu’en vouloir davantage. Comme l’affirmait si bien saint Augustin: « On ne saurait rechercher Dieu si on ne l’avait déjà trouvé ».

Le peuple chrétien est donc fondamentalement un peuple de chercheurs, un peuple assoiffé d’une belle rencontre, un peuple gai (n’en déplaise à ceux et celles qui se sont appropriés maladroitement cet adjectif), c’est-à-dire un peuple où la gaieté et la joie de vivre s’enracinent, non dans l’affirmation exagérée de soi, mais dans un esprit de service, l’ESPRIT SAINT, reçu au baptême. Rien de bien neuf à ce sujet puisque déjà, dans l’Ancien Testament, le psalmiste proclamait bienheureux les croyants qui s’efforçaient de plaire à Dieu en lui obéissant  chaque jour : « À vous qui cherchez Dieu, vie et bonheur » (psaume 69, 33); et remarquons qu’à ce bonheur «terrestre» promis par le psalmiste, Jésus a bien voulu adjoindre un bonheur autrement plus satisfaisant, celui de la vie éternelle!

« Personne ne connaît le Père sinon le Fils et celui à qui le Fils veut bien le révéler » (Matthieu 11,27). Et à qui Jésus révèle-t-il le Père sinon à ses disciples, les petits,  ceux qui écoutent la Parole de Dieu en s’efforçant de la mettre en pratique. Le vrai peuple de Dieu est donc celui dont les membres acceptent de suivre le Maître sous la sage direction de l’Église, une structure que lui-même a établie à cet effet. Le Salut accordé si généreusement par Dieu n’est donc pas affaire individuelle mais bien communautaire, selon la prière même de Jésus: « Comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi, qu’eux aussi soient un en nous, afin que le monde croie que tu m’as envoyé » (Jean 17, 21).

Publié dans Amour, Amour fraternel, Baptême, Bonheur, Dieu, Esprit Saint, Foi, Mariage, Sérénité, Vie éternelle | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Car éternel est son amour !

main-divine-don-croix1

Depuis la révolution sexuelle des années soixante, de nombreux catholiques se sont éloignés de la pratique religieuse vu leur situation matrimoniale irrégulière; d’autres se sont laissés aller à une méfiance exagérée envers une Église qui leur apparaissait déconnectée; d’autres encore sont tombés dans la drogue et toutes sortes d’addictions entraînant un éloignement certain de la vie chrétienne. Dans une société permissive où l’avortement, l’orientation sexuelle, le suicide assisté et l’éducation scolaire ouverte à tout vent deviennent monnaie courante, les jeunes, surtout ceux qui souffrent de l’absence parentale, n’arrivent plus à se retrouver. Que de blessés de la vie en 2019!

Dieu aurait-il tourné le dos à ses brebis éparpillées? Malgré les apparences contraires, la réponse est un NON retentissant! « L’appel et les dons de Dieu sont sans repentance », affirme clairement l’apôtre Paul (Romains 11, 29), car rien ne peut nous séparer de l’amour de Dieu qui est, rappelons-nous, un amour ÉTERNEL. « Une femme oublie-t-elle l’enfant qu’elle nourrit … même s’il s’en trouvait une, moi je ne t’oublierai jamais » (Isaïe 49, 15). Le Créateur nous a aimé jusqu’à mourir pour nous, en Jésus son Fils bien-aimé. Cette offrande de Jésus sur la croix demeure un sommet dans l’histoire du salut et rien ne saurait effacer ce pardon général offert à tous les humains. Hélas, encore trop de chrétiens croulent sous le poids de leurs fautes en oubliant que  leurs nombreux péchés sont déjà pardonnés. Car si le Seigneur a demandé à Pierre de pardonner à son frère 70 fois 7 fois (c’est-à-dire toujours), à plus forte raison doit-il lui-même pratiquer ce qu’il recommande! Rappelons-nous également que l’Église de Vatican II nous a fait passer d’une pratique pénitentielle tatillonne et culpabilisante à une rencontre plus relaxe où le confesseur confirme l’état pardonné du pénitent repenti. La démarche devient ainsi  moins fébrile  et plus mature!

« À vous qui cherchez Dieu, vie et bonheur » (Psaume 69, 33). La religion chrétienne est une religion de libération et de joie, une religion qui espère contre toute espérance car elle n’est pas fondée sur la perfection de la créature mais sur celle de Dieu: un Père extraordinaire dont l’amour ne saurait s’éclipser  …  car il est éternel.

Publié dans Amour, Angoisse, Bonheur, Dieu, Dieu Père, Joie, Optimisme, Paix, Pardon, Rédemption, Temps présent, vie moderne | Tagué , , , , , , | 1 commentaire

Lumière au bout du tunnel … enfin!

tunnel

À tous mes fidèles lecteurs et lectrices: grand merci de m’avoir soutenu de vos prières au court des dernières semaines … ma convalescence se poursuit «lentement mais sûrement»! L’œil opéré le 5 juin, et à nouveau 20 jours plus tard, se remet quand même assez bien, mais la vision est loin d’être satisfaisante. Les médecins sont quand même optimistes pour un rétablissement assez prononcé dans quelques mois. Je devrai  donc m’armer de patience avant de pouvoir revenir à mes activités régulières … et mes parutions d’articles devront s’espacer selon les limites de mes forces. Merci de votre compréhension!

Publié dans Amour fraternel, Angoisse, Dieu, Joie, Optimisme, Souffrance | Tagué , , , , | 5 commentaires