Les profondeurs de l’âme

Farneta-2

Grand cloître de la Chartreuse de Farneta  (Italie)

Le calme des cloitres, spécialement en Chartreuse, reflète le calme des personnes qui y résident; loin de l’agitation fébrile, le moine prend le temps de se recueillir et de s’ouvrir à Celui qui habite le silence. Voici comment s’exprime à ce sujet, dom Augustin Guillerand, chartreux, mystique, et écrivain hors-pair de la vie solitaire:

« Le silence et le souvenir s’accordent très bien ensemble. Nous savons que le silence n’est pas vide: il est au contraire essentiellement plein … et c’est une Plénitude où l’on parle. Les paroles qui sortent de l’agitation et du bruit sont nécessairement superficielles. Le fond d’un être doit être occupé par le silence … et cet être ne parle une parole vraie et profonde que si elle part de ce silence, si elle en est l’expression.

Voilà pourquoi le langage du monde, les conversations, les journaux … sont vides et fatiguent au lieu de reposer et de nourrir. Voilà pourquoi au contraire en Chartreuse on goûte tant de paix. Tout y procède des profondeurs calmes de l’âme où elle se recueille et fait silence. C’est là que Dieu demeure et qu’on le découvre infailliblement si on y réside soi-même.

Il est clair que les conditions de leur vie ne permettent pas à tous de réaliser ce recueillement comme en Chartreuse. Ne craignons pas néanmoins, dans la mesure du possible, de nous réserver quelques instants (très courts s’il le faut) pour nous recueillir et donner quelques minutes à Celui qui demeure en nous, qui y parle silencieusement, et qui nous invite à l’écouter. »

(Écrits spirituels, tome 2, page255 s)

 

Cet article, publié dans Amour, Érémitisme, calme, Carthusian, Cartuja, Certosa, Certosini, Charterhouse, Chartreuse, Contemplation, Dieu, Kartusija, Kloster, Paix, Silence, Solitude, vie moderne, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les profondeurs de l’âme

  1. Merci beaucoup pour ce merveilleux article. Oui le silence est trop souvent oublié dans notre monde agité. Il est si doux dans le silence de se ressouvenir de Dieu ! Lui ne nous quitte jamais ! Il ne tient qu’à nous de Le retrouver. Il suffit d’un si petit temps de pause, et c’est le bonheur assuré, totalement gratuit !

    Aimé par 1 personne

  2. Jean-Pierre dit :

    Cela me fait penser à la dernière strophe « du vallon » d’Alphonse de Lamartine

    Dieu, pour le concevoir, a fait l’intelligence :
    Sous la nature enfin découvre son auteur !
    Une voix à l’esprit parle dans son silence :
    Qui n’a pas entendu cette voix dans son coeur ?

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.