Ce grand Inconnu

thic4u1snw

« Le vent souffle où il veut … ainsi en est-il de l’Esprit »  (Jean 3,8)

Parler de Dieu est déjà difficile … parler de l’Esprit Saint, ce « parent pauvre de la Trinité», est quasiment impossible …  on ne peut que balbutier! Néanmoins, c’est une vérité de foi qu’il existe en Dieu trois personnes distinctes, égales en majesté. Aucune d’entre elles n’est inférieure aux deux autres et les trois cohabitent, pour ainsi dire, l’une dans l’autre. Voilà pour le mystère! Au 12e siècle, saint Bernard écrivait: « Si l’on représente le Père donnant le baiser et le Fils le recevant, l’Esprit Saint sera ce baiser lui-même, comme étant du Père et du Fils l’indissoluble lien, l’inséparable amour, l’indivisible unité. »

C’est Jésus qui nous a révélé l’existence de l’Esprit mais cette révélation ne se fit que progressivement dans la première communauté chrétienne.  Les divers évangélistes se complétèrent l’un l’autre: ainsi, ce que Matthieu nous dit de la présence de Jésus dans son Église jusqu’à la fin du monde (Mt 28,20), Luc et surtout Jean l’attribuent plus précisément à la présence de l’esprit de Jésus, l’Esprit Saint. Le 4e évangéliste, le dernier en date et qui profite pour ainsi dire de l’évolution de la pensée chrétienne, est le plus prolixe sur l’existence de l’Esprit Saint et son rôle de sanctification: « Jésus ressuscité  souffla sur eux en disant recevez l’Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis ». (Jean 20, 22-23) C’est en saint Jean que Jésus parle à Nicodème de l’obligation de renaître de l’Esprit, qu’il entretient la Samaritaine du « don de Dieu » ,  qu’il annonce à ses Apôtres réunis au Cénacle la venue de « Celui qui vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit » . Enfin, et toujours en saint Jean, on saisit mieux que l’Esprit soit le moyen qui rende possible l’habitation et du Père et du Fils dans l’âme du fidèle, « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera et nous viendrons à lui, et nous ferons chez lui notre demeure. » (Jean 14,23)

Notre vie chrétienne ne peut donc se comprendre sans cette présence en nous de l’Esprit de Dieu, signe de la Nouvelle Alliance. La mission de Jésus sur terre n’avait d’ailleurs qu’un seul but: nous baptiser dans l’Esprit Saint. Encore faut-il, comme nous en avertit saint Paul, non seulement posséder en nous ce Don ineffable mais en vivre intensément: « Tout ceux qu’anime l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. » (Romains 8,14). Quelle belle définition du  chrétien !

Cet article, publié dans Amour, Baptême, Conversion, Dieu Père, Esprit Saint, Inspiration, Jésus, Mystère, Trinité, Vie éternelle, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Ce grand Inconnu

  1. Merci infiniment pour ce bel article ! Quelle joie, cette habitation en nous de l’Esprit Saint, même si nous n’en sommes pas toujours parfaitement conscients ! Sentir en nous la vie de Dieu est le plus grand bonheur que nous puissions recevoir, et il ne tient qu’à nous de l’accueillir, en nous unissant toujours plus à l’Amour parfait de Dieu !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.