Gloire à Dieu au plus haut des cieux

Annunciation-to-the-Shepherds

Écrivant à sa sœur âgée, dom Guillerand compare la messe à un nouveau Bethléem en ce sens que le chant du Gloire à Dieu, à la messe, nous fait communier à la joie des bergers et nous ouvre à la venue du Messie dans notre cœur:

« Mon Dieu, en reconnaissant sa misère, mon âme s’est abaissée et, en s’abaissant, elle vous a rejoint, vous le grand anéanti par amour. Elle est rentrée dans le sanctuaire intime où vous résidez; elle vous voit, elle vous possède, elle est heureuse et elle chante.

Que chante-t-elle? Vous, vous seul. Mais, comment vous chanter? Les anges sont venus l’apprendre. Quand vous êtes descendu sur notre terre, ils ont dit: « Gloire à Dieu dans les hauteurs du ciel et paix sur la terre aux hommes de la bonne volonté! » Gloire à Dieu, paix aux hommes! Que ce chant est beau! Le ciel et la terre divisés par la faute lointaine s’y trouvent réunis, réconciliés par ce petit enfant qui est à la fois Fils de Dieu et fils de l’homme! Toutes les voix et tous les cœurs de sa création s’y accordent de nouveau pour le louer. Et, moi aussi, je m’unis à ce chant, je m’empare de cette louange pour en faire ma louange:

Gloire à vous, ô mon Dieu, qui avez rendu à nos âmes votre amour et, avec votre amour, votre paix divine! (…) Gloire à vous, roi du ciel, Père tout-puissant; gloire à vous, ô Fils, Agneau divin qui avez pris sur vos épaules les péchés de la terre et qui les avez présentés au trône de l’infinie miséricorde pour en obtenir le pardon et l’oubli (…) Gloire à vous, seul Maître, seul salut, seul grand, par qui et en qui nous devenons tous grands, saints et seigneurs. Gloire à vous, ô Père, ô Fils dans le commun Amour qui est votre unique Esprit.

Chanter cette unité divine, cet amour infini qui réalise l’accord parfait, entrer dans cet accord des Trois qui ne font qu’Un, c’est la paix, c’est l’absence de toute haine et de toute division. La gloire de Dieu au ciel, c’est de vivre dans cette paix infinie. La gloire de Dieu sur la terre, c’est de nous la communiquer. Notre gloire et notre paix, c’est d’accueillir ce Dieu qui est venu nous montrer comment il s’aime et nous apprendre à aimer comme lui.

La Messe, c’est une nouvelle venue de ce Dieu, c’est une nouvelle manifestation de cet amour. La Messe prolonge Bethléem: « Gloire à Dieu dans les hauteurs du ciel et paix sur la terre ».

(Écrits spirituels, tome 2, page 113 s)

A propos moinillon

jacques172.com
Cet article, publié dans Adoration, Carthusian, Cartuja, Certosa, Certosini, Charterhouse, Chartreuse, Contemplation, Dieu, Esprit Saint, Eucharistie, Humilité, Jésus, Joie, Kartusija, Kloster, Liturgie, Prière, Spiritualité, Trinité, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.