L’apprentissage du Ciel

9

Image de saint Charbel, ermite libanais († 1898)

 « Qui peut gravir la montagne du Seigneur ? » Si par montagne du Seigneur on entend le Ciel la réponse est facile: aucun être humain ne peut la gravir, car Dieu est au-dessus de tout et absolument inatteignable. Rappelez-vous la tour de Babel. Dieu seul peut nous conduire à Lui-même … et il l’a fait … en son Fils Jésus! Ainsi se réalise cette parole du prophète Zacharie: « En ces jours-là, dix hommes de toutes les langues des nations saisiront un Juif par le pan de son vêtement en disant:  » Nous voulons aller avec vous, car nous avons appris que Dieu est avec vous ». » (Zach. 8,23) Jésus, en tant que Fils de Dieu, peut seul nous faire gravir la montagne en question et nous conduire au Père.

Ces êtres lumineux que sont les saints et les saintes ont toujours eu, ici-bas, une grande dévotion envers l’eucharistie car ils y trouvaient invariablement le Seigneur Jésus et celui-ci, à son tour, pouvait leur révéler le Dieu trois fois saint. « Personne ne connaît le Père sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut bien le révéler » (Matthieu 11,27). Quand on parle d’eucharistie, on parle nécessairement d’union ou mieux de communion au Christ. Et c’est là, d’une certaine façon, le résumé de toute notre vie de croyant sur terre: un apprentissage de la vie qui nous attend au Ciel et qui sera essentiellement une UNION à Dieu, par Jésus et en Jésus.

Saint Charbel, ermite libanais du 19e siècle, s’est signalé par sa grande dévotion pour l’eucharistie. Ses heures d’adoration à la chapelle de l’ermitage étaient d’une intensité telle que, au dire de son biographe, même la foudre qui un jour tomba sur le toit, détruisit une partie de l’autel et mit le feu à sa soutane ne put l’interrompre dans son adoration (alors que ses deux compagnons s’évanouirent …). On comprend mieux ainsi que le Seigneur soit venu le chercher durant sa dernière messe: frappé de paralysie alors qu’il récitait une prière après la consécration, Charbel sera alité immédiatement par ses confrères et rendra l’âme huit jours après. « Voici l’offrande, voici votre Fils, ô Père de vérité … », cette prière jamais terminée reviendra sur ses lèvres jusqu’à la fin; on y entrevoit la parfaite union de Charbel avec Jésus s’offrant au Père!

L’apprentissage du Ciel?  La vie d’union à Jésus … et si chacun en faisait l’expérience durant ce Carême?

Cet article, publié dans Adoration, Érémitisme, Dieu, Eucharistie, Jésus, Monachisme, Montagne du Seigneur, Solitude, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’apprentissage du Ciel

  1. Comme disait le Saint Curé d’Ars « Si l’on savait ce qu’est la messe… ». Un grand merci au Seigneur pour nous avoir laissé cette merveille d’union à Lui, parmi nos longs cheminements terrestres ! Quelle bonté et quelle délicatesse pour nous ! Très belle journée à vous !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.