Vivre en ermitage

33a

« Ce que la solitude et le silence du désert apportent d’utilité et de joie divine à qui les aime, ceux-là seuls le savent qui en ont fait l’expérience. »                        (Statuts de l’Ordre des Chartreux, chapitre 6)

La vie en ermitage n’est pas réservée aux seuls membres d’un ordre contemplatif, elle est également pratiquée de plus en plus par des chrétiens et des chrétiennes vivant dans le monde,  même en milieu urbain. Les santés ne sont plus ce qu’elles étaient au 19e siècle; l’austérité des ordres religieux empêche une foule de gens d’y entrer mais l’appel à la prière et au silence demeure bien vivant. Dieu n’est pas réservé à quelques uns mais il est  offert à  tous!

En tant qu’ermite urbain, j’ai senti dès le départ la nécessité  de me ménager non seulement un environnement silencieux qui puisse répondre à mes besoins de lecture et de prière mais aussi de me donner un horaire quotidien afin de bien répartir les diverses activités en vue d’équilibrer les besoins du corps et de l’esprit: une âme saine dans un corps sain! Mais peut-être que le plus important, surtout pour un néophyte , est de pouvoir compter sur une spiritualité qui a fait ses preuves: pensons à la spiritualité bénédictine, carmélitaine, franciscaine ou encore à celle des Chartreux. Personne ne peut s’improviser «ermite». Les présomptueux se sont souvent retrouvés dans la peau de personnes dévotes plus ou moins cinglées!

Ceci étant dit, la vie contemplative demeurera toujours «la meilleur part», la perle précieuse pour l’obtention de laquelle il faut tout sacrifier . Car, comme le dit si bien la suite du texte cité plus haut « Ici, on s’adonne à un loisir sans oisiveté et on s’immobilise en une tranquille activité. Ici, pour le labeur du combat, Dieu donne à ses lutteurs la récompense désirée: une paix que le monde ignore et la joie dans l’Esprit Saint.»

Cet article, publié dans Carthusian, Dieu, Moine, Monachisme, Monastery, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Vivre en ermitage

  1. pardonnez moi mais l’homme est plus utile en agissant non pas en menant une petite vie pépère mais comme sœur Térésa il faut que concrètement il aille vers les autres comme le faisait le Christ..pardonnez ma liberté de langage..

    Aimé par 1 personne

  2. moinillon dit :

    Il ne s’agit pas « d’égaler le Christ » mais de le laisser vivre en nous et de former ainsi le Corps mystique du Christ. C’est là une image de l’Église qui est traditionnelle et qui nous vient de saint Paul. Jésus lui-même nous dit, en saint Jean, qu’il est semblable à la Vigne et que nous ses disciples sommes les branches. La beauté de tout cela est que chacun(e) d’entre nous possède ses propres qualités qui peuvent ainsi être mises à contribution pour le corps entier. Nous avons tous une place dans le peuple de Dieu et il ne convient pas de se sentir plus ou moins favorisés en nous comparant aux autres. Voilà chère Marguerite ce que je peut vous dire à ce sujet. Amen!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.