Si tu es vraiment Fils de Dieu …

thZFM42YR7

Après avoir accompli sa démarche pénitentielle au Jourdain, au nom de l’humanité, et y avoir reçu un double baptême (d’eau et d’Esprit Saint), à quoi Jésus pouvait-il s’attendre? Une mort sacrificielle à brève échéance? Un long apostolat de genre prophétique? Or, voici que l’Esprit le pousse plutôt au désert et lui donne, contre toute attente, un temps de solitude et d’approfondissement. Car ces paroles « Tu es mon fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute ma complaisance » résonnent encore à ses oreilles; elles constituent en quelque sorte l’approbation divine de son projet de salut universel: Dieu approuve et lui confère l’Esprit Saint pour l’habiliter à cette tâche unique et salvifique.

La solitude désertique sera donc pour Jésus le lieu providentiel pour approfondir sa mission. Sa connaissance intime des saintes Écritures (on pense à l’intérêt qu’il y portait déjà, à l’âge de douze ans, au Temple de Jérusalem) tout comme sa mémoire humaine phénoménale lui permettront une méditation biblique continuelle qui se reflétera dans sa joute oratoire avec le Tentateur (Deutéronome 6 et 13 et psaume 91) même si ces textes ne sont en fait que le pic de l’iceberg: car on ne saurait passer sous silence les passages du prophète Isaïe concernant le Serviteur de Yahvé, plus spécialement Is 53 (qui fonda sa démarche au Jourdain) et Is 60 (qu’il commentera à son retour, à la synagogue de Nazareth).

« Si tu es Fils de Dieu, ordonne à cette pierre… Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas … » (Matthieu 4, 1-11). On ne peut sous-estimer l’astuce du Tentateur qui, conscient de l’importance de la révélation officielle de cette filiation, s’y attaque immédiatement pour ébranler si possible cette conviction de Jésus d’être intimement uni au Père. Il y reviendra sans doute tout au long du ministère public mais de façon plus explicite au calvaire: « Si tu es Fils de Dieu, descends de la croix ». Jusqu’à quel point, ces paroles reprises alors par les passants, les grands prêtres, les anciens et les scribes auront pesé sur la dernière tentation du Christ, nous ne le saurons jamais … mais la plainte que ce dernier laissa échapper du haut de la croix « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné » nous en donne, semble-t-il,  un aperçu. Celui qui voulait sauver le monde aura donc bu la coupe jusqu’à la lie! Néanmoins, et dans un dernier sursaut de confiance, c’est par un acte de filial abandon que le jeune galiléen va conclure sa vie terrestre: « Père, je remets mon esprit entre tes mains! » Et, ce disant, nous rapporte saint Luc, il expira (Luc 23, 46). La terre trembla et, à la vue du séisme et de ce qui se passait, le centurion et les hommes qui le gardaient furent saisis d’une grande frayeur et dirent: « Vraiment, celui-ci était fils de Dieu! » (Matthieu 27, 54)

Le Tentateur avait perdu la joute de façon définitive et irrévocable!

A propos moinillon

jacques172.com
Cet article, publié dans Amour, Angoisse, Évangile, Baptême, Compassion, Contemplation, Désir de Dieu, Dieu, Dieu Père, Foi, Incarnation, Jésus, Liturgie, Mort, Mystère, Obéissance, Pardon, Paysage, Rédemption, Solitude, Souffrance, Tentation, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.