Sommes-nous devant le trône de Dieu?

11aa

 Moine en prière (Chartreuse de Montrieux, France)

Dans une homélie pour la fête de la Toussaint, dom Guillerand transporte ses auditeurs devant le trône de Dieu et de l’Agneau, tel qu’imaginé par saint Jean: « Le trône de Dieu et de l’Agneau sera dans la cité et ses serviteurs lui rendront un culte » (Apocalypse 22,3).

« Les élus sont là , en face du trône, en face de Celui qui l’occupe et qui est l’Être, la Lumière et la Vie, en face de l’Agneau qui les reproduit; ils ont la robe nuptiale qui est le sang de l’Agneau immolé; il les lave, il les revêt et il les orne; il leur donne la pureté qui est le détachement: nulle tache créée qui les souille et puisse intercepter le divin rayon; il leur donne surtout la clarté blanche et vierge, la lumière de l’Amour qui est la couleur propre et la beauté de Dieu. Ils deviennent eux-mêmes réflecteurs de Dieu. D’eux aussi un rayon part, le rayon qu’ils ont reçu, qui est devenu leur être et leur vie et qui toujours, par la voie du divin médiateur (l’Agneau immolé) remonte au Principe premier, à Celui qui est assis sur le trône. Ce rayon est le chant de tout leur être; il dit sans fin à Celui qui est assis sur le trône et à l’Agneau: « Salut, honneur, gloire à jamais dans les siècles des siècles » (Apocalypse 7,12)

Dès ici-bas, mais sous le voile de la foi, au fond secret des âmes, en cette retraite mystérieuse où Dieu se donne, le mystère divin qui nous soulèvera d’éternelle allégresse, se déroule déjà dès cette terre: le Père est là, nous voit, nous appelle; le divin chef est là par son Esprit pour nous guider aux sources des eaux de la vraie vie, tout le ciel est là et nous attend. Mais nous … sommes-nous là? Sommes-nous « devant le trône de Dieu »? N’y a-t-il pas d’autres trônes? Avons-nous abattu toutes les idoles? Le sang de l’Agneau, le sacrifice total sans réserve, a-t-il été purifié? Le regard pleinement détaché est-il concentré sur l’objet unique? Toutes les cordes de nos harpes, toutes les puissances de notre être sont-elles accordées, vibrent-elles de la seule note, la note d’amour? Lui offrons-nous toutes nos couronnes, tout ce que nous avons d’être, de qualités, de mérites? »

(Écrits spirituels, tome 2, page 52s)

Cet article, publié dans Adoration, Écriture, Carthusian, Cartuja, Certosa, Charterhouse, Chartreuse, Contemplation, Détachement, Dieu, Kartusija, Kloster, Révélation, Vie éternelle, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Sommes-nous devant le trône de Dieu?

  1. Merci infiniment pour ce bel article. Je suis en particulier très touchée par les phrases « Il leur donne la pureté qui est le détachement », « Il leur donne surtout la clarté blanche et vierge », car c’est exactement ce que j’ai ressenti lors d’une merveilleuse expérience mystique, la lumière d’une pureté si absolue, qui est détachement de toute chose créée, de toutes nos blessures, qui est pardon et paix absolus. Qui a contemplé cette joie en ressent un émerveillement pour toujours et le désir si intense de le communiquer autour de soi.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.