Valorisation … ou dévalorisation?

Désir(2)

Devant ces géants contemporains de la sainteté que furent Mère Teresa, Jean-Paul II et Jean Vanier, on ne peut que s’incliner et admirer la force de l’Esprit Saint qui s’est manifestée en eux. Mais après un moment d’admiration bien légitime, certains, après un bref retour sur eux-mêmes, risquent d’être pris de court face à leurs propres limites et de se sentir bien petits dans la sainte Église de Dieu. Les plus âgés parmi  nous en seront d’autant plus affectés que leur vie chrétienne leur apparaîtra, somme toute, assez banale et peu productive face à celle de ces chrétiens extraordinaires! Laïcs, clercs, personnes consacrées … que sommes-nous face à Jean Vanier, à Jean-Paul II et à mère Teresa? Une telle morosité se retrouvait déjà  au début de l’Église, alors que beaucoup de chrétiens, éblouis par les Apôtres et leurs successeurs immédiats, avaient peine à se sentir utiles, encore moins nécessaires, dans la vie des communautés chrétiennes. Voici ce que saint Clément de Rome, proche successeur de saint Pierre, leur confie à ce sujet:

« Prenons l’exemple de notre corps; la tête n’est rien sans les pieds, et de même les pieds ne sont rien sans la tête. Les moindres de nos membres sont nécessaires et bienfaisants pour le corps entier; et même, tous servent le salut du corps entier en collaborant dans une soumission qui les unifie.

Assurons donc le salut du corps entier que nous formons dans le Christ Jésus, et que chacun se soumette à son prochain, selon le charisme que celui-ci a reçu. Que le fort se préoccupe du faible, que le faible respecte le fort; que le riche subventionne le pauvre, que le pauvre rende grâce à Dieu qui lui a donné quelqu’un pour compenser son indigence. Que le sage montre sa sagesse non par des paroles, mais par de bonnes actions; que l’humble ne se rende pas témoignage à lui-même, mais qu’il en laisse le soin à un autre. Que celui qui est chaste dans sa chair ne s’en vante pas, sachant que c’est un autre qui lui accorde la continence. (…) Puisque nous tenons du Christ tout cela, nous devons lui rendre grâce pour tout. À lui la gloire pour les siècles des siècles. Amen. »          ( Lettre de  Clément de Rome aux Corinthiens, PA 1, 144-148)

Cet article, publié dans Amour fraternel, Église, Dieu, Esprit Saint, Jésus, Solidarité, Spiritualité, Temps présent, Tradition, Vie cachée, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Valorisation … ou dévalorisation?

  1. merci moinillon:) belle journée.

    Aimé par 1 personne

  2. Jean dit :

    Attendons de voir pour Jean-Paul II, canonisé un peu rapidement…

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.