Pas facile de se concentrer!

5b

Dans une société comme la nôtre, l’attention dans la prière est d’autant plus difficile que les distractions d’une vie trépidante sont multiples;  le savent bien ceux et celles qui s’efforcent de s’adonner à un minimum d’oraison. D’où vient cette incapacité? Dom Guillerand nous l’explique assez clairement:

« Une âme attentive est une âme tendue vers l’objet qui l’attire. Une âme distraite est une âme qui se laisse attirer par d’autres objets. L’attention dépend de l’importance que nous reconnaissons à l’objet qui nous sollicite, de l’attrait qu’il exerce. Si nous le savons grand et beau, bon et fort, si nous le connaissons très parfait, riche de tout ce qui peut nous combler, l’attention est extrême.

L’attention à Dieu est rare parce que rares sont les âmes qui le connaissent. Le péché nous a détournés de lui; nous vivons en face du créé; les images des créatures nous emplissent l’âme, nous retiennent et rendent l’attention à Dieu difficile. Il faut se retourner; c’est le sens du mot conversion. La conversion a bien des degrés. Les Saints seuls sont de vrais convertis; seuls ils vont jusqu’au bout de leur mouvement. Ce bout c’est un regard qui ne veut plus faire attention qu’à Dieu … et peu à peu, à la suite d’exercices plus ou moins prolongés et avec l’aide de la grâce, se fixe en lui.

Les créatures, et le démon qui en use, ne se laissent pas évincer sans combat. La vie d’oraison exige des batailles continuelles; c’est le grand effort, et le plus long, d’une existence qui se voue à Dieu. Cet effort porte un beau nom: il s’appelle la garde du cœur. Le cœur humain est une cité; il devrait être une forteresse. Le péché l’a livré. Depuis, c’est une cité ouverte dont il faut rebâtir les murs. L’ennemi se jette sans cesse à la traverse. Il le fait avec son habilité et sa force, avec fourberie et avec fougue. Il présente des pensées si heureuses, parfois si utiles, des images si charmantes ou si redoutables, il enveloppe le tout de raisons si pressantes, qu’il arrive à chaque instant à nous distraire, à nous tirer hors de la divine présence. Il faut sans cesse s’y remettre.

Ces reprises continuelles, ces recommencements sans fin, plus encore que la lutte proprement dite, nous lassent et nous abattent. Nous préférerions une violente bataille … violente mais définitive. Le bon Dieu ne le veut pas en général. Il préfère cet état de guerre, ces embûches et ces guet-apens, ces précautions et ces vigilances. Il est l’Amour et la longue guerre exige plus d’amour et le développe davantage. D’ailleurs, il est là; il mène lui-même le combat; il contient l’ennemi; il surveille et déjoue ses manœuvres; il s’en sert; il le laisse s’avancer pour mieux le frapper et l’abattre. Il prépare des triomphes magnifiques par des insuccès passagers, même par des désastres. »

(Écrits spirituels, tome 1, page 23 s)

A propos moinillon

jacques172.com
Cet article, publié dans Adoration, Amour, Carthusian, Cartuja, Certosa, Certosini, Charterhouse, Chartreuse, Contemplation, Conversion, Désir de Dieu, Dieu, Islam, Kartusija, Kloster, Paix, Prière, Recueillement, Société, Souffrance, Tentation, vie moderne, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Pas facile de se concentrer!

  1. AnaStpaul dit :

    This is wonderful – filled with good things.
    To be read and re-read often.
    A rich and glowing tapestry of spiritual insight and understanding.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.