Le dimanche comme remède à l’oubli de Dieu

 

En 1928, dom Augustin Guillerand, jeune prêtre français entré depuis quelques années à la chartreuse de La Valsainte (Suisse), écrivit un opuscule Liturgie d’âme à l’intention de sa sœur, personne âgée et infirme qui ne pouvait plus se rendre à l’église. Son intention était de l’aider à s’unir aux Offices célébrées ce jour-là à la paroisse. Voici, pour aujourd’hui, un extrait de l’avant-propos qui traite de l’importance du dimanche, jour consacré au Seigneur:

« Le Dimanche est le jour du Seigneur. Le Maître, qui a fait les choses mobiles et le mouvement que le temps mesure, s’est réservé ce jour-là. Il aurait pu se les réserver tous: toute la durée des choses et toutes les choses qui durent lui appartiennent. Il a limité ses exigences à une journée par semaine. (…) À côté de quelques âmes pour qui Dieu est le compagnon aimé, qui peuple tous les lieux et anime toutes les choses, combien malheureusement pour qui il est le grand méconnu et le grand oublié. Le Dimanche est le remède à cette misère. (…) Le Père rappelle qu’il est le Maître; et le Dimanche est son bien réservé.

Par delà l’ordre du Maître, les doux appels du Père retentissent et invitent les âmes à des relations plus nombreuses et plus étroites. Lectures privées, cérémonies publiques, récitations du chapelet, chant des Vêpres, salut et bénédictions du Saint-Sacrement, ce sont autant de moyens que l’Église offre ou recommande à ses fidèles pour que la journée du Dimanche soit vraiment une journée passée à l’église, foyer  de notre Père des cieux. 

Ce ne sont pas les seuls. Chaque âme peut en découvrir, en préférer, en employer d’autres qu’elle trouve plus efficaces et plus doux. Sur ce point nulle obligation. Après l’assistance à la Sainte Messe, tout ce qui fait penser à Dieu, tout ce qui dirige vers lui le mouvement de nos cœurs, tout ce qui l’honore, tout ce qui le fait aimer et régner en nous, tout cela est bon, tout cela est occupation dominicale. »

(Écrits spirituels, tome 2, page 105 s)

A propos moinillon

jacques172.com
Cet article, publié dans Adoration, Carthusian, Cartuja, Certosa, Certosini, Charterhouse, Chartreuse, Dieu, Dieu Père, Eucharistie, Jésus, Kartusija, Kloster, Liturgie, Prière, Solitude, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le dimanche comme remède à l’oubli de Dieu

  1. AnaStpaul dit :

    Beautiful – something to share in the Newsletter of our Parish, where so few even fulfil their Holy Obligation! Fr, do you know if his writings are available in an English translation?

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.