Un temps pour manger … un temps pour jeûner!

careme_pain-et-eau

« Bien que Jésus t’ait racheté au Calvaire sans ton aide, par contre il ne te sauvera pas sans ta collaboration ». Ces paroles éclairantes de saint Augustin m’ont toujours été comme un phare dans ma vie spirituelle … sage équilibre entre le Salut totalement gratuit d’une part, et l’effort  personnel  à fournir d’autre part. Car la vie éternelle ne nous est pas imposée mais proposée; ce qui suppose une acceptation personnelle! Dans cette optique, le jeûne, si familier à tout bon moine, est également  recommandé par la Bible et la Tradition à toute personne désireuse de s’approcher de Dieu. Jésus lui-même l’a pratiqué au désert avant de le proposer à ses disciples conjointement à la prière et à l’aumône … trois moyens de progresser dans notre vie d’enfant de Dieu en améliorant nos relations avec nous-même (jeûne), avec Dieu (prière) et avec le prochain (aumône).

En ce début de carême, permettez-moi néanmoins de m’attarder sur ce qui me semble prioritaire: la prière! En ces temps d’incertitudes et de scandales de toutes sortes (surtout au niveau ecclésial), notre vision de Dieu risque d’en être sinon oblitérée du moins drôlement affectée. Notre ascèse personnelle (jeûne, aumône, etc.) dépend en grande partie de la vision que nous avons du Créateur.

« Seigneur, tu aimes tout ce qui existe, et tu n’as de répulsion pour aucune de tes œuvres; tu fermes les yeux sur les péchés des hommes: tu les invites à la pénitence, et tu leur pardonnes, car tu es le Seigneur notre Dieu » . Cette belle et réconfortante image de Dieu est tirée de la Sagesse (chap. 11), livre biblique écrit environ 50 ans avant la naissance de Jésus. Dans sa prédication, notre Seigneur a précisé cette image en déclarant qu’il était venu dans le monde « non pour les bien-portants mais pour les pécheurs ». En mourant sur la Croix, Jésus a comme signé dans son sang cette lettre d’amour que le Père lui avait confiée à notre égard: DIEU NOUS AIME. De toute éternité, le décret divin de la création n’avait finalement d’autre but que de révéler, par l’Incarnation rédemptrice du Verbe, cet amour miséricordieux du Père pour les humains. Voici comment l’Église résume, pour sa part, ce rôle salvifique de Jésus: « En naissant parmi les hommes, Jésus les appelle à renaître; en souffrant sa passion, il a supprimé nos fautes; par sa résurrection d’entre les morts, il donne accès à la vie éternelle, et par son ascension auprès de toi, notre Père, il nous ouvre le Ciel » (4e préface des dimanches).

Attachés donc à ce Père miséricordieux par le baptême, nous ne pouvons que désirer nous détacher de tout ce qui n’est pas Lui … et c’est là le sens de l’entrainement au combat spirituel que nous entreprenons aujourd’hui. Puissent nos jeûnes, nos prières et nos aumônes, dans les jours qui viennent, prendre une part significative à ce processus de sanctification!

Cet article, publié dans Adoration, Église, Conversion, Création, Détachement, Dieu, Incarnation, Jésus, Liturgie, Spiritualité, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Un temps pour manger … un temps pour jeûner!

  1. ecceamor dit :

    Dans le désir de progresser dans notre vie d’enfant de Dieu, à travers nos efforts et offrandes de Carême, puissions-nous consoler le Coeur de Jésus, en ces temps gravement troublés. Bon Carême mon Frère !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.