La vraie vie est toujours cachée

C10(G. Chart.)

Frère chartreux au travail  (Grande Chartreuse)

Nous pensons vivre en nous agitant à gauche et à droite … mais la vraie vie se situe à une profondeur très éloignée des apparences. Pour nous en parler, dom Guillerand (cet expert de la vie cloîtrée) va nous citer l’exemple de Jésus dont la vie cachée à Nazareth s’étendit sur trente ans environ:

« Dieu est un Dieu caché. Il n’aime pas ce qui attire l’attention des hommes. Il veut cette attention, il ne veut pas les moyens par lesquels on l’obtient communément. Il ne se montrera, il ne parlera, il n’aura une action publique que pendant un temps relativement très court, un dixième seulement de sa vie, trois ans sur trente-trois. Pendant ces trois années, il se cachera et se taira bien souvent encore, il laissera tomber dans l’oubli la plus grande partie de ses actes et de ses paroles, il trouvera le moyen de faire de sa vie publique une manifestation nouvelle de son amour de la vie cachée.

La vraie vie, en effet, est toujours cachée. La vie publique n’est que la vie cachée qui se découvre. La vie publique, si elle n’est pas cela, n’est qu’un trompe-l’œil. Elle se fait prendre pour ce qu’elle n’est pas; c’est de l’agitation, c’est-à-dire de la vie en surface. La vie est essentiellement du mouvement en profondeur; ce mouvement, qu’il se traduise en dehors ou reste au fond, est vie; il est vie parce qu’il est action vraie et non pas seulement agitation. Jésus sous le voile des longues années  de soumission silencieuse et obscure, était le Rédempteur inaperçu mais réel des hommes. La vie cachée a eu un résultat. L’Évangile l’exprime encore d’un seul mot: « Il croissait » (Luc 2, 52). La soumission de Jésus (à ses parents) le fait naître. C’est, en effet, le résultat de la vie; la vie se développe. Si à une certaine heure de notre existence la croissance cesse, c’est parce que les forces de vie ne dépassent plus les forces de mort et que dans la lutte elles s’équilibrent mutuellement au lieu de se vaincre. (…)

La mort était née d’une révolte (celle d’Adam). La vie renaissait d’une soumission (celle de Jésus). La divine obéissance de Jésus à Nazareth replaçait l’homme dans l’ordre primitif, et la vie coulait en lui avec cet ordre. La vie publique elle-même ne dira que cela. Elle l’expliquera en mots, après que la vie cachée l’aura formulé en actes; et les mots seront compris seulement parce que les actes en auront été l’explication préalable. »

(Écrits spirituels, tome 2, page 77 s)

Cet article, publié dans Adoration, Carthusian, Cartuja, Certosa, Certosini, Charterhouse, Chartreuse, Dieu, Jésus, Kartusija, Kloster, Obéissance, Travail, Vie cachée, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.